Pour ne rien louper

Suivez-moi

Catherine Crapoulet Naturopathe

Nature, nutrition et santé 

La vitamine B12 : métabolisme

11/14/2019

La vitamine B12 : métabolisme

Comment la vitamine B12 et absorbée dans l'intestin et quelles peuvent être les raisons de sa carence ???

La vitamine B12

 

La vitamine B12 fait l’objet de nombreuses études et de nombreux débats car son importance pour la santé est considérable. De plus avec des pratiques alimentaires de plus en plus fréquentes comme le végétalisme, la connaissance du mécanisme d’absorption de la vitamine B12 semble être d’une importance cruciale. 


La vitamine B12 est synthétisée par des bactéries ainsi que des levures qui sont présentes en particulier dans le rumen des herbivores en présence de cobalt (cobalamine). Chez les rongeurs, l’apport de vitamine B12 est assuré par la coprophagie. Chez les humains, cet apport se fait via les produits animaux (viandes et poissons). 


Rôles


La vitamine B12, également appelée cobalamine, est une vitamine hydrosoluble essentielle, c’est-à-dire qu’elle ne peut être apportée que par l’alimentation. Elle participe à la synthèse des neurotransmetteurs, au bon fonctionnement du système nerveux. Elle est nécessaire au cycle des folates (vitamine B9) ainsi qu’aux tissus à renouvellement rapide comme la peau, les muqueuses digestives, le tissu hématopoïétique (production des cellules sanguines). Enfin elle intervient comme cofacteur et coenzyme dans de très nombreuses réactions biochimiques comme la synthèse d’ADN et d’ARN ou encore la production de méthionine à partir de l’homocystéine.


Métabolisme


La vitamine B12 présente dans les produits d’origine alimentaire est liée à des protéines lorsque nous l’absorbons. Dans l’estomac, sous l’action de l’acide chlorhydrique et de la pepsine gastrique, elle va se détacher de ses protéines alimentaires pour se lier à l’haptocorrine (ancienne protéine R) qui est produite en particulier dans la salive (40%). Elle peut se lier également au facteur intrinsèque produit par l’estomac mais en pH acide, l’affinité de la B12 est plus grande pour l’haptocorrine.

Quand elle atteint le jéjunum, sous l’action des sécrétions biliaires (pH alcalin) ainsi que des protéases pancréatiques (enzymes), la B12 va alors se détacher de l’haptocorrine qui va être en partie dégradée par les protéases pancréatiques pour se lier au facteur intrinsèque. Ainsi si dans l’estomac, la B12 a une plus grande affinité pour l’haptocorrine en raison du milieu acide, dans le jéjunum, la B12 se liera plus facilement au facteur intrinsèque en raison du milieu alcalin. 

Une fois arrivée au niveau de l’iléon qui est la partie terminale de l’intestin grêle juste avant le côlon, la B12 va être absorbée en présence du facteur intrinsèque ainsi que de son récepteur : la cubiline. 

Ce qu’il faut retenir de cela, c’est que la vitamine B12 a besoin d’une bonne acidité gastrique pour être séparée de son transporteur alimentaire qui est une protéine. La cuisson des aliments aide aussi à cette séparation dans la mesure où la température de cuisson (ou l’acidité) va altérer la protéine de transport permettant ainsi la libération de la vitamine B12. C’est une chose peu connue mais non moins essentielle. 

 

Apports 


Les apports sont donc uniquement alimentaires, en particulier la viande, les produits laitiers ainsi que le poisson. 

Les besoins se situent entre 2 et 20 µg par jour et la vitamine B12 bénéficie d’un cycle entérohépatique c’est-à-dire que la vitamine B12 éliminée peut être réabsorbée par l’intestin. 

Enfin, la réserve de vitamine B12 se situe dans le foie et pouvoir combler les apports pendant trois à six ans. 


Carences 


Il est difficile d’estimer les carences mais elles pourraient être de l’ordre selon certaines études de 20% dans les populations industrialisées, voire plus importantes chez le sujet âgé. 

 Ces carences peuvent être dues :

  • Carence d’apport : rare dans les pays industrialisés et plutôt chez les végétaliens stricts ou chez les personnes dénutries
  • Carence liée à une gastrectomie qui supprime la sécrétion d’acide chlorhydrique et de facteur intrinsèque
  • Maladies intestinales qui vont atteindre la portion terminale de l’iléon : maladie de Crohn, lymphome, sclérodermie, maladie de Whipple, maladie cœliaque
  • Maladie de Biermer qui est une maladie autoimmune détruisant la muqueuse gastrique et donc ses sécrétions
  • NDB12 c’est-à-dire l’impossibilité de séparer la B12 de ses protéines alimentaires ou de transport dont les causes sont : hypochlorhydrie de l’estomac, présence d’Helicobacter Pylori, prise d’IPP (inhibiteur de la pompe protons, médicament pour les problèmes d’acidité gastrique), antécédent de plastie gastrique (by-pass) ou de gastrectomie. 
  • Certaines maladies héréditaires favorisant un déficit de facteur intrinsèque comme dans la maladie de Imerslund.


En conclusion, la vitamine B12 est capitale pour notre santé et notre bienêtre et il faut s’assurer donc d’avoir des apports suffisants. Il est donc conseillé de vérifier sa carence ou sa déficience régulièrement et en particulier lors de régime restrictif comme le régime végétalien ou encore lors de problèmes du système digestif afin de pouvoir la combler rapidement. Des dosages biologiques sont possibles dont en particulier celui de l’homocystéine qui en outre est un facteur de prédiction de maladies cardiovasculaires. 

 

Sources :

Vitamine B12 chez l’adulte : du métabolisme aux carences N. Henoun Loukili, E. Andrès Ann. Endocrinol., 2003 ; 64, 5, Cahier 1, 376-382

La vitamine B12 et les maladies génétiques associéesJ ean-Louis GUÉANT *, David COELHO * et Jean-Pierre NICOLAS *Bull. Acad. Natle Méd., 2014, 198, no 6, 1141-1156, séance du 24 juin 2014

https://www.eurofins-biomnis.com/referentiel/liendoc/precis/VITAMINE-B12.pdf

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vitamine_B12

Le psoriasis Papillons Alpins